L’inclusion scolaire


3 modèles d’inclusion scolaire possibles :

Pour Aydan nous entrevoyons 3 modèles d’inclusion scolaire possibles :

  • La scolarisation dans une école ordinaire, avec une AVS-I
  • La scolarisation dans une école ordinaire, avec une éducatrice ABA (cas d’Aydan)
  • L’ULIS école

La scolarisation dans une école ordinaire, avec une AVS-I

Il s’agit du modèle le plus employé dans le cadre de l’inclusion avec handicap en France.

Les AVS-i sont chargés du suivi individuel d’un élève handicapé. Ils doivent  :

  • intervenir dans la classe : aide aux déplacements, à l’installation ou à la manipulation de matériel, faciliter et stimuler la communication entre le jeune handicapé et son entourage
  • participer aux sorties de classe occasionnelles ou régulières ;
  • accomplir des gestes techniques ne requérant pas une qualification médicale ou paramédicale particulière (aide aux gestes d’hygiène, par exemple) ;
  • participer à la mise en oeuvre et au suivi des projets personnalisés de scolarisation en tant que membres de l’équipe de suivi de la scolarisation.

Les AVS n’ont pas vocation à se substituer aux professionnels de l’enseignement ou du soin. Et c’est là tout le problème. Dans le domaine de l’autisme, une formation est en ABA est primordiale, mais également une supervision par une psychologue, et un suivi.

 

La scolarisation dans une école ordinaire, avec une éducatrice ABA

De loin le meilleur modèle, celui d’Aydan actuellement. Il est 100% inclusif. L’éducatrice est une professionnelle formée à l’autisme, et à l’ABA. Elle sait gérer les troubles de l’apprentissage, la culture de la réussite ABA, mais aussi les troubles du comportement, et tout ce qui pourrait interferer à la bonne réussite de l’inclusion.

Dans certains départements, l’éducation nationnale fait appel à des éducateurs formés à l’ABA pour jouer le rôle d’AVS-I. C’est aussi un excellent modèle. La Loire Atlantique ne pratique pas ce modèle.

 

L’ULIS école

Les unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) sont des dispositifs pour la scolarisation des élèves en situation de handicap dans le premier et le second degrés. Elles permettent la scolarisation d’un petit groupe d’élèves présentant des troubles compatibles.

Les élèves orientés en ULIS sont ceux qui, en plus des aménagements et adaptations pédagogiques et des mesures de compensation mis en oeuvre par les équipes éducatives, nécessitent un enseignement adapté dans le cadre de regroupements et dont le handicap ne permet pas d’envisager une scolarisation individuelle continue dans une classe ordinaire.

Chaque élève scolarisé au titre des ULIS bénéficie, selon ses possibilités, de temps de scolarisation dans une classe de l’établissement scolaire où il peut effectuer des apprentissages scolaires à un rythme proche de celui des autres élèves.

C’est également un bon modèle lorsque les troubles du comportement, d’apprentissage, ou le niveau scolaire de l’enfant ne permettent pas une inclusion à 100% dans une classe ordinaire. C’est également une bonne étape avant le 100% inclusif.